Cinq heures quarante-cinq

Cinq heures quarante-cinq, mon réveil tente de m’extirper du sommeil crasseux post-gueule de bois.  C’est toujours comme ça après ces soirées de networking.  Tu n’es pas encore entré dans la salle que tu as déjà une coupe de mauvais cava en main – franchement, au prix où je paie mon affiliation pour le cercle des jeunes CEO, c’est une honte.  Des serveurs invisibles transportent des plateaux chargés de délicatesses qu’il faut bien faire couler avec une nouvelle lampée de vin rouge.  Les verres pleins succèdent aux verres vides dans un ballet incessant de cristal.  

Je m’en veux.  Je m’étais promis de ne plus tomber dans le panneau, pour être frais pour mon entraînement matinal.  Mais je suis Frédéric, je suis un battant, rien ne me résiste, go go go !

Cinq heures quarante-cinq, mon réveil n’a pas le temps de sonner que je lui cloue le bec. Je suis frais comme un adolescent au lendemain de son dépucelage.  Faut dire qu’elle était bonne cette Stefie !  Que j’ai bien fait de rester au bar après cette épuisante discussion avec Jean-Marc.  Je voyais bien qu’elle me lorgnait de loin.  Normal, je transpire la puissance et le pognon, ça les fait toutes tomber comme des mouches.  Heureusement que j’avais prévenu Sophie que je rentrerais tard. 

Fin prêt pour cette nouvelle journée, aujourd’hui c’est mon vélo qui va souffrir pendant une heure.  Je suis Frédéric, je suis un battant, rien ne me résiste, go go go !

Cinq heures quarante-cinq, mon réveil peut bien sonner toutes les dix minutes, pas question de sortir ce matin.  La météo est exécrable, Sophie m’a fait une scène hier – on lui aurait dit qu’on m’avait vu dans un bar avec une blonde aux gros seins – et mon CFO m’emmerde avec cet audit.  Ils ne peuvent donc pas comprendre tout ce que je fais pour eux ?  Combien mon métier est difficile, tout ce que je sacrifie au développement de cette boite, alors que je suis entouré d’incapables ?  

La vie c’est ainsi, il faut être fort.  Plus fort et plus malin que le reste du monde.  Je l’ai appris dès l’école primaire.  Il faut dire que je suis longtemps resté petit et maigrichon.  J’ai donc dû apprendre à utiliser d’autres armes pour dominer : être plus vif, plus manipulateur, plus malin.  Pour les filles, c’était pareil.  Pas de tablettes de chocolat ni de pectoraux saillants, et le vélo qui me dessinait un short permanent était tout sauf sexy.  Pourtant, j’arrivais toujours à mes fins ; je savais les prendre par des compliments subtils, je savais éloigner du troupeau la gazelle qui m’intéressait.  C’est d’ailleurs comme ça que j’ai réussi à choper Sophie au nez et à la barbe de cet Adonis de Jérémy.  Pauvre abruti, il n’a rien compris à ce qui lui arrivait. 

Aujourd’hui, j’ai coché toutes les cases : CEO à trente-cinq ans, Sophie est magnifique, elle m’a donné deux enfants superbes, nous avons une villa moderne dans la banlieue chic de Gand, nous partons en vacances trois fois par an, je change de bagnole tous les deux ans.  La perfection quoi ! 

Allez, debout, il est temps de te préparer pour affronter cet audit.   Je suis Frédéric, je suis un battant, rien ne me résiste, go go go !

Cinq heures quarante-cinq.  Je n’entends pas mon réveil.  Je ne l’entendrai plus.  Hier, l’audit s’est mal passé.  Ce salaud de Jean-Marc avait tout goupillé dans mon dos.  Je me suis fait éjecter comme un malpropre.  Moi si fin habituellement, je n’ai rien vu venir.  Et en rentrant, Sophie avait déserté la maison, avec armes, bagages, bijoux et enfants.  

Mais je serai aux commandes jusqu’au bout.  Pas question de laisser qui que ce soit m’imposer une vie que je n’ai pas choisie.  Alors, j’ai le dernier mot, comme toujours.  Je n’ai laissé aucune lettre, aucune explication.  La dernière image qu’ils auront de moi sera cette marée rouge, qui nourrira leur sentiment de culpabilité jusqu’à la fin. 

Je suis Frédéric, je suis un battant, rien ne m’a résisté.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :